saurez vous les reconnaitre….

 

 

consignes de cueillette, au départ,par Daniel Lacombe, mycologue du Périgord

Une bonne trentaine de personnes, panier d’osier sous le bras entamaient de bon matin cette  » sortie champignon » à l’agenda du 29 octobre de dcPb et animée par Daniel Lacombe et Monique Ségala de la société mycologique du Périgord. Ce fût tout d’abord une observation de terrain et de l’environnement des espèces rencontrées, le sol sur lequel pousse le champignon, mais aussi la végétation et surtout les arbres qui l’entourent.

Après un petit apéro  « kir châtaigne » préparé par l’association et un pique nique tiré du sac, place à la leçon de chose avec un inventaire des paniers du matin et une description de chaque espèce, sa toxicité, sa comestibilité, ses caractéristiques physique  mais aussi olfactives et gustatives.

description et classement de chaque espèce

 

Au total et malgré une météo peu favorable , c’est une quarantaine d’espèces qui ont ainsi pu être présentées par Daniel Lacombe.

pleurote et russule

les bolets caractéristiques du bois de puy-blanc . orangé des chênes et bolet des bouleaux

armillaire

lactaires

Le bois de Puy-blanc, pour la seconde année consécutive ( et certainement pour celles qui viennent),s’inscrit ainsi comme un lieu de découverte  et de formation pour toutes les personnes souhaitant parfaire leurs connaissances mycologiques…

 

Sortie nature pour les élèves de l’I.T.E.P. de Figeac

Ils avaient déjà pris leurs marques en Automne, lors d’une première découverte du site de Puy-blanc. Une dizaine d’élèves et leurs éducateurs, arrivés à vélo sur le site, participaient tout un après-midi, aux ateliers proposés

SAMSUNG

moulage d’empreinte de chevreuil

par dcPB: moulages d’empreintes, modelage de l’argile brute et observation des batraciens.

SAMSUNG

observation de la mare

Puy-blanc terrain d’étude pour des étudiants de l’université de Rennes

En janvier une vingtaine d’étudiants en master 2 « écologie et gestion des territoires » étaient accueillis par l’association pour une journée de visite sur la zone humide de puy-blanc. L’après-midi se poursuivait par une séance de travaux pratiques avec l’entretien des vasques destinées à la reproduction du crapaud sonneur.

P1010827_compressed

P1010813_compressed

l’école à Puy-blanc

Chaque année, l’association de pêche et « du côté de puy-blanc » proposent un après-midi d’activités aux enfants de l’école sur le site de Puy-blanc.Cette journée se déroulait le samedi 6 juin et rassemblait  une bonne vingtaine de jeunes candidats.

20

La pêche miraculeuse de l’an passé n’était malheureusement pas au rendez-vous, les truites ayant souffert des grosses chaleurs du moment. Le plaisir de lancer la ligne,  de jauger le bouchon et de sortir quelques gardons et perches arc-en-ciel auront sauvé la mise.

Sous le pommier, c’est au modelage de l’argile brute de Puy-blanc que se sont exercés les grands et les petits. Les œuvres une fois sèches, étaient cuites à l’ancienne dans la sciure de bois le jour de la fête des associations.

(Les visages des enfants sont malheureusement floutés, l’association n’ayant pas l’autorisation parentale  de mettre en ligne)

09  18 14 13     02 - Copie 01 - Copie

Gaspillage d’énergie et pollution lumineuse, dcPB intervient

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

22h 30: réunion de travail sous  l’éclairage gratuit de Quercypôle

Pour mettre en lumière le gaspillage d’énergie, l’association du Côté de Puy Blanc a eu cette idée lumineuse, profiter de l’éclairage  abondamment dispensé en pure perte à Quercypôle et économiser les charges d’électricité de la salle de réunion de Cambes. Ainsi, lors de leur dernière réunion, les membres du bureau se sont installés sous les néons extérieurs du parvis d’entrée de la CCI du Lot. En effet dès 21 h 30, alors qu’il fait en ce moment encore jour, les lumières du bâtiment s’allument jusqu’à une heure tardive de la nuit, tous les soirs de la semaine, week-end compris. DCPB, au-delà d’une petite économie d’électricité, veut interroger l’ensemble des responsables des collectivités sur la pollution lumineuse et le gaspillage d’énergie. Le triangle noir est mis en avant comme atout du bien-vivre dans notre région, faisons en un vrai phare attractif en veillant à l’extinction des éclairages inutiles.

En partie en raison de cette interpellation humoristique et après une soirée « sortie nocturne » l’association à réussi à convaincre les élus de la commune et du grand Figeac à s’engager dans un processus de réduction de la pollution lumineuse nocturne.