Étude sur les sonneurs

 

D’avril jusqu’à fin juin 2013  la population de crapauds sonneurs de Puy-blanc va fait  l’objet d’une étude menée par Nature Midi-Pyrénées dans le cadre d’un plan national de sauvegarde de cette espèce de batraciens.

L’association du côté de Puy-blanc s’est associée à cette action en participant régulièremeCrapaud sonneur à ventre jaunent aux comptages et identifications avec les spécialistes.

Les pluies abondantes du printemps ont permis à une population conséquente de se reproduire. La température trop basse a retardé l’éclosion des œufs.

Vis-à-vis du protocole de « Capture-Marquage-Recapture », les résultats statistiques montrent que la population est à son maximum aux alentours de 15 individus dans la carrière.

Une seconde campagne de suivi en 2014 a permis de confirmer la stabilité de cette population dont la plupart des individus rencontrés en 2013 ont été reconnus en 2014

Concernant les individus présents dans les ornières proche du ruisseau des Bormes, il s’agirait d’une population isolée et distincte de celle de la carrière (nous n’avons pas d’indices génétiques pour le moment, mais la route qui sépare les deux sites et la distance de 600m qui lesCrapaud sonneur à ventre jaune sépare sont déjà de bons arguments).

Une réunion bilan se tenait en décembre 2014 au Conseil général pour faire le point sur ces deux années d’observation et sur l’état de ces populations de sonneurs dans le département . Le Lot est en effet le seul département de Midi-Pyrénées concerné.

Le site de Puy-blanc s’avère comme la station la plus importante et la plus régulière dans le temps  pour la présence de sonneurs. C’est pourquoi des mesures de protection de l’habitat s’imposent sur ce secteur.

.