Présentation à Cambes du projet de centrales solaires villageoises

Mis en avant

présentation du projet Céléwatt à la salle des fêtes de Cambes

Créée à Brengues, l’association CéléWatt  a pour projet installation d’une centrale solaire citoyenne et villageoise :

index

A mi-chemin entre une installation individuelle et une grande centrale au sol, un « parc solaire citoyen » permet de produire de l’énergie à l’échelle d’une communauté locale :

  • Il naît d’un projet collectif : des habitants mettent en commun leur épargne pour créer une coopérative  et gérer ensemble un investissement raisonnable (300 000 €).
  • Il occupe un espace restreint (moins d’un hectare) et valorise un espace sans concurrencer d’autres activités, agricole par exemple.
  • Sa puissance limitée (250 kWc) facilite les démarches administratives (simple autorisation de travaux) et permet de faire travailler des artisans locaux.
  • Il participe à l’effort international pour augmenter la part des énergies renouvelables. Il contribue, avec la sobriété et l’efficacité énergétique, à contenir le dérèglement climatique.

En s’inspirant de plusieurs expériences, notamment dans le Gard et l’Aude, CéléWatt propose de créer progressivement une grappe de parcs solaires le long de la vallée du Célé et sur les Causses du Quercy environnants.

 

dcPb …agenda…actus…

Mis en avant

assoc_PB

Agenda


 

 

logoPB1.gif


Les actus

 


méthaniseur à Gramat: Une idée bonne pour un projet  mégalo !

Ce projet démesuré menace notre environnement et notre santé. Il est prévu de traiter, jusqu’à 64 000 tonnes/an de déchets provenant du Lot mais aussi des départements limitrophes. lire la suite


    Déviation le sol s’affaisse quelle surprise !

Il se sera écoulé une vingtaine d’années entre la première étude logsonntechnique du projet de déviation de Cambes et sa 

réalisation finale revue récemment à la baisse. Opposition de riverains, longue procédure juridique, étude d’impact sur les zones humides et fouilles archéologiques autant de péripéties qui auront émaillé l’histoire de ce chantier qui se complète par une surprise qui n’en est pas une : Oui, à cet endroit le sol s’affaisse et on le sait depuis des lustres…


logsalam           Le crépuscule de la tuilerie de Puy-blanc.La Tuilerie en 1900

 Dans quelques  mois, l’ancienne tuilerie de Puy-blanc fondée en 1877 par Jean Lacabane sera vraisembla blement démolie. L’état actuel de cette usine, à présenten ruine depuis plus de 10 ans, obligeait la municipalité de Reyrevignes à engager une procédure de mise en état de péril .

 

Un nouveau sentier d’interprétation à Puy-blanc:

table 06Ce sentier d’une durée d’

Rando

une heure environ est à présent ouvert au public. Il se propose de faire découvrir la géologie, l’extraction de l’argile et la tuilerie ainsi que la flore et la faune de l’ancienne carrière. Une zone humide protégée d’une trentaine d’hectares.



Mas del sol: une partie du chemin ouverte

Il aura fallu deux matinées pour défricher le chemin situé en bordure du lotissement du Mas del sol à Cambes  et limitrophe de la commune de Lissac.

Des membres de dcPB et quelques élus de Cambes, soit huit personnes environ ont pris part à ce grand nettoyage qui met à jour cet ancien axe bordant le lotissement.

Une partie de ce chemin communal, qui se prolonge au nord, demeure encore en friche,  peut-être un nouveau chantier en perspective?

 

 

méthaniseur de Gramat: encore un méga projet pour des méga profits…

Ce projet monté discrètement, sans concertation avec les citoyens, a fait l’objet d’une enquête publique du 18 juillet au 19 août 2016, alors que la majorité des habitants étaient en vacances.

Le PNR des causses du Quercy aurait accepté ce projet assorti de quelques remarques…
Ce projet démesuré menace notre environnement et notre santé. Il est prévu de traiter, jusqu’à 64 000 tonnes/an de déchets provenant du Lot mais aussi des départements limitrophes. Pourquoi ne pas privilégier plutôt des petites unités de méthanisation à la ferme ? En revanche le digestat obtenu (47 000 tonnes), devrait être épandu uniquement sur 4500 ha de Causse. Plus facilement lessivable que les autres amendements, il polluera les nappes phréatiques peu profondes et les eaux souterraines qui alimentent les captages en eau potable. Le sol Karstique des causses est vulnérable aux infiltrations des polluants par les fissures et par les ruissellements qui pénètrent dans les pertes. Il est anormal que les dernières études hydrogéologiques demandées par l’Agence Régionale de Santé et réalisées en 2013 et 2015 n’aient pas été prises en compte dans le plan d’épandage parce que « non opposables » d’un point de vue juridique.

Risque de pollution de l’eau mais aussi de l’air, le bureau d’étude engagé par le maître d’ouvrage indique que la cheminée du moteur de cogénération doit faire 27m réglementairement pour une dispersion maximale (le digesteur fait 23m), mais est missionné pour réaliser son étude de risque avec une hauteur de 10m. Qu’allons-nous encore découvrir dans les études de dangers et d’impacts ? Quels contrôles et par qui sur les intrants ? Les mesures de sécurité pour les risques « d’explosion » et « d’incendie » ont-elles aussi été contournées au mépris des salariés travaillant à proximité du site ?

Ce projet qui n’apporte rien à nos communes, 2 ou 3 emplois pour gérer toute l’usine et les quatre sites de stockage, met en péril notre qualité de vie et le patrimoine du parc naturel régional des causses du Quercy.

 

lire la suite sur le site du collectif citoyen pour une méthanisation autrement

champignons, une centaine d’espèces inventoriées

jt460050_compressed

le champignon s’observe, se sent et même se goûte…

jt460027_compressed

une animation proposée par le PNR des Causses du Quercy

jt460067_compressed

identification  par les spécialistes

Ce dimanche 6 novembre,une quarantaine d’amateurs de champignons s’étaient donné rendez-vous à Puy-blanc, pour une découverte approfondie du secteur. Parmi ces chercheurs, des amateurs certes mais aussi une bonne moitié de l’effectif constitué de mycologues expérimentés représentant les sociétés mycologiques de Dordogne et de  Limousin.

jt460073_compressed

la récolte classée et exposée

Au delà des deux ou trois variétés comestibles qui font le bonheur du chercheur du dimanche, c’est pas moins de 94 sortes de champignons qui auront été inventoriées, sur le site de Puy-blanc, par ces spécialistes.

jt460103_compressed

ultimes vérifications pour l’inventaire

Des comestibles certes, mais naturellement un bon nombre de champignons sans intérêt gustatif, voir même dangereux à la consommation,  ont été identifiés et présentés sous forme d’une petite exposition installée, l’après-midi, à mesure que chaque spécimen était reconnu. Cette variété de champignons, alors que l’ année est plutôt défavorable, démontre une fois de plus la richesse de notre secteur en matière de biodiversité. jt460031_compressed  jt460042_compressed

lectures à la salle des fêtes

 Les associations C Zen  et dcPB organisaient, le 3 novembre,  une séance de lectures en accueillant la manifestation « Lire dans la ville » organisé par « lire à Figeac »
Une quarantaine de personnes assistaient à ces lectures présentées par la troupe « les voix du caméléon ». Ces lectures se prolongeaient par un repas partagé entre toutes et tous. Une belle soirée autour de l’écriture, de sa puissance à l’imaginaire et à réinventer les possibles.

salle des fêtes de Cambes

la compagnie les voix du Caméléon

 

Sous les étoiles……. la biodiversité respectée

Préserver la biodiversité de notre territoire, c’est aussi empêche,r lorsque c’est possible, les nuisances lumineuses qui perturbent la vie d’une multitude d’espèces nocturnes, mais aussi l’ horloge biologique interne des êtres humains et accessoirement les finances locales. L’éclairage nocturne représente en effet 30 à 40 % du  budget éclairage d’une commune!sous l'éclairage inutile du Grand Figeac

Inutile, polluante et coûteuse, cette coutume doit être impérativement réduite.

La commune de Cambes s’est engagé dans cette voie avec l’acquisition de deux horloges programmables permettant d’éteindre le centre bourg et le lotissement à partir d’1h du matin jusqu’à 6h. De nombreuses communes ont déjà pris cette décision et ont même augmenté la plage d’extinction des feux.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

seules les rampes de lampadaires publics étaient restées obstinément allumées

Pour ce « jour de la nuit » organisé par dcPB le 8 octobre, les entreprises de Quercypôle, à quelques raisons techniques près, avaient j

oué le jeu. Seul le grand Figeac méritait un carton rouge avec ses rampes d’une cinquantaine de lampadaires éclairant inutilement les axes desservant le parc d’activités.

 

Interpelé depuis deux ans par dcPB sur ce thème de la pollution lumineuse, mais aussi par la commune de Cambes, le G.Figeac vient tout récemment d’installer des horloges programmables . En accord avec les entreprises de Quercypôle, la voirie est à présent éteinte de 22h. à 6h. du matin. Belle initiative de nos élus et aussi parfaite  réussite de conscientisation de la part de notre association..

 

Cette balade nocturne, une première dans le secteur, rassemblait une vingtaine de personnes sous un ciel parfaitement dégagé et propre à de belles observations avec au loin la pollution lumineuse de la zone de l’Aiguille.(le G.Figeac a encore des efforts à faire dans ce secteur…)

 

Déviation de Cambes : la fausse surprise

SAMSUNG

chantier de la déviation de Cambes

plan-du-projet

Il se sera écoulé une vingtaine d’années entre la première étude technique du projet de déviation de Cambes et sa réalisation finale revue récemment à la baisse. Opposition de riverains, longue procédure juridique, étude d’impact sur les zones humides et fouilles archéologiques autant de péripéties qui auront émaillé l’histoire de ce chantier qui se complète par une surprise qui n’en est pas une : Oui, à cet endroit le sol s’affaisse et on le sait depuis des lustres…

Depuis 1997 ce projet aura donc subit plusieurs péripéties.

Contribution de dcPB à l’enquête d’utilité publique

Ce fut d’abord la contre proposition d’un tracé ouest par une association de Lissac opposée au tracé choisi.En 1998 une concertation menée par le département optait pour le tracé initialement prévu et la déclaration d’Utilité publique était prise par le préfet en janvier 2001.

A la demande d’un plaignant de Mouret, cette déclaration préfectorale de DUP était annulée par la cour d’appel de Bordeaux en novembre 2006.

Un nouvelle enquête d’Utilité publique était diligentée en 2011 prévoyant une mise en circulation en 2015. Un an après les responsables départementaux annonçaient plutôt une ouverture au trafic en 2016.

L’impact sur la faune et la flore, imposa par ailleurs un avenant à l’enquête entraînant un retard de quelques mois, puis ce furent les fouilles archéologiques durant 6 mois.

En avril 2014 on nous annonce finalement la fin du chantier pour 2017 et en juillet 2014 la première pierre est posée à Péret. Dans le même temps des fouilles archéologiques s’installent pour 6 mois. Ces fouilles, au delà de leur intérêt archéologiques révéleront la complexité du sous-sol avec le glissement régulier de couches d’argiles durant le passé ancien. En fin de fouilles, l’accès aux camions chargés du transport de terre fut stoppé tant la voie menaçait de dévaler en contrebas.

Puis vint la fausse vraie découverte : en raison des difficultés hydrogéologiques rencontrées, le projet sera revu à la baisse, c’est à dire plus de couloir de dépassement dans la montée et le chantier prendra encore un retard d’un an !

Ainsi le conseiller départemental chargé des routes se montre étonné d’une telle complexité de ce chantier. (article la dépêche du 10 sept 2016)

Il est bon de rappeler que le département avait sciemment choisi ce faisceau de la déviation de Cambes sans ignorer les contraintes décrites dans le document d’enquête.

Selon le bureau d’étude Egis Aménagement (extrait du document d’enquête D.U.P.):

Sur le plan de la topographie et de la géologie la contrainte est qualifiée de « forte »« en raison de :La présence de calcaires bioclastique roux avec alternance de bancs marneux et d’argiles schisteux recouverts de dépôts calcaires (plus au sud) peut induire des contraintes géotechniques. De plus, on note la présence de circulations aquifères en sous-sol et de sources reconnues sous l’assiette du projet.

Sur le plan de l’hydrogéologie il existe également une contrainte « forte » en raison de la sensibilité des sols à l’eau sur la majeur partie de la zone d’étude fait que ces derniers poseront des problèmes en période humide. Les terrassements devront être réalisés en période favorable. Sur la zone, plusieurs sources à usage agricole ont été repérées. D’autres arrivées d’eau pourront être mises en évidence au moment des travaux et devront également être captées et redirigées.

Compte tenu de ces précisions et dans le cadre du premier faisceau retenu, le département devait affiner son choix sur deux tracés plus précis (un bleu et un rouge)variante-bleu-et-rouge

 

 

 

 

 

 

 

 

Le rouge situé plus en fond de vallée, posait des problèmes paysagers et d’impact sur le milieu naturel mais pas de problèmes de stabilité de terrain.Après une anlayse multicritèresc’est le tracé bleu qui fût choisi. Dans les points négatifs il était mentionné : «  ce tracé nécessite des mesures spécifiques pour stabiliser les remblais dans une zone de glissement de terrain (secteur de Nazarieu) »

Depuis toujours les habitués de la côte de Cambes savent que cette route s’affaisse régulièrement en raison d’un sous-sol instable et gorgé d’eau.L’an dernier, les fouilles archéologiques ont fait la démonstration que ce phénomène existe depuis 1000 ans.,,

Ainsi ce qui peut sembler une surprise n’est en fait qu’un brutal retour à une réalité dont les bureaux d’étude et les décideurs n’ont pas pris toute la mesure.

Une erreur de diagnostic que l’on se doit d’assumer politiquement et financièrement, et qui ne doit pas être un prétexte pour réduire le projet initial en supprimant la voie de dépassement. Cette décision brutale et unilatérale occasionnera naturellement des bouchons réguliers sur le trafic montant avec le risque de dépassements limites ou que certaines voitures passent par le village de Cambes pour gagner du temps…

Cette modification, du projet doit être mise en débat avec les élus concernés (Conseillers départementaux, maires) et les associations qui ont participé à l’enquête publique.

DcPB souhaite réactiver le collectif « déviation de Cambes » pour  rencontrer les responsables de l’entreprise chargée du chantier ainsi que le conseiller départemental chargé des routes.

Sentier des argiles de Puy-blanc

Premiers pas sur le sentier des argiles le 9 octobre 2016

Premiers pas sur le sentier des argiles le 9 octobre 2016

Ce sentier d’une durée d’une heure environ est actuellement praticable. Il se propose de faire découvrir la géologie, l’extraction de l’argile et la tuilerie ainsi que la flore et la faune de l’ancienne carrière. Une zone humide protégée d’une trentaine d’hectares.

Départ du parking aménagé sur la D48 depuis Cambes et  avant d’arriver au carrefour de la tuilerie.

Le guide du » sentier de Puy-blanc » (disponible à la mairie de Cambes)  intègre le plan du » sentier des argiles »

télécharger : ici Le guide des deux sentiers( recto  verso)

sentier_interpretation_PuyBlanc_modif 2015 copie

sentier des argiles table 2

géologie

Zoom sur les panneaux du sentier 

(cliquer sur le panneau)

 

 

sentier des argiles table 1

tuilerie

sentier des argiles pupitre3

extraction

pupitre 04

faune des étangs

pupitre 05

flore des étangs

 

table 06

oiseaux et mammifères

pupitre 07

amphibiens

pupitre 08

le bois

 

 

Tuilerie de Puy-blanc: démolition programmée

Dans quelques mois, l’ancienne tuilerie de Puy-blanc fondée en 1877 par Jean Lacabane sera vraisemblablement démolie. L’état actuel de cette usine, à présent en ruine depuis plus de 10 ans, obligeait la municipalité de Reyrevignes a engager une procédure de péril invitant le propriétaire à remettre en état les locaux ou à en entamer leur démolition. Dans l’état du site, on devine vite le choix laissé au propriétaire.

Ainsi le lent crépuscule de ce bel édifice du siècle dernier arrive à son terme.

Après sa fermeture en 1986 et sa reprise par la société Delagnes, le projet de relance d’une industrie de la terre cuite est vite tombé à l’eau. Vidé de ses machines et de ses installations encore commercialisables, le bâtiment, non entretenu, a commencé à prendre l’eau par le toit. En une vingtaine d’années, la pluie, la neige et le vent sont venus à bout de cet ensemble qui témoignait encore de la vie vie ouvrière grouillante du siècle dernier.

état de la toiture en 2011

état de la toiture en 2011

Combien de projets utopiques de reconversion ont été émis par les visiteurs passant à Puy-blanc et véritablement médusés par la présence de cet élégant ensemble industriel de la fin du XIX.

Cet édifice n’est pas même noté à l’inventaire régional des bâtiments industriels du siècle dernier, alors que l’association avait fait passé un responsable régional pour l’inscrire  Bien que remarquable et unique dans le Lot, cette ancienne tuilerie briqueterie n ‘a malheureusement jamais fait l’objet d’un programme de réhabilitation voir de de reconversion.

état actuel des bâtiments

état actuel des bâtiments

Après le coup dur des grands licenciements des années 70, la fermeture définitive de l’activité en 1986, la vente des dépendances et la destruction d’une partie des maisons ouvrières plus récemment, c’est à l’effacement définitif de cette ancienne tuilerie que nous allons bientôt assister non sans une réelle amertume.

Au delà de la tristesse de voir la tuilerie rayée définitivement de la carte des souvenirs de tant de familles du secteur, il reste une question d’actualité. Quelle va être la destination de cette immense surface disponible ? Le propriétaire a t-il un projet sur ce terrain ? Faute de ne pas avoir été visionnaires sur ce site il y a 20 ans, les élus du Grand Figeac ont peut-être là matière à réflexion sur une réalisation en lien avec des demandes sur ce territoire ou avec  la zone naturelle de Puy-blanc.

Découvrir la documentation sur la tuilerie de Puy-blanc

Le jour de la nuit: pour une protection de l’environnement nocturne

 

La commune de Cambes s’engage dans la protection du ciel et de la qualité de l’environnement nocturne en installant deux horloges permettant de réguler l’éclairage public.Le village e vient d’adhérer comme une bonne partie de communes du PNR à la charte de protection du ciel nocturne.

le soir du 8 octobre nous déambulerons dans le village dont l’éclairage public sera éteint  à partir de 22h. pour l’occasion.

Départ  21h. de la salle des fêtes de Cambes avec chaussures de marche et lampe torche discrète.

Nous nous rendrons également sur le site du Parc d’activités de Quercypôle.

retour à la salle des fêtes de Cambes pour déguster un bol de soupe chaude.

Le sentier des argiles est ouvert au public

Les panneaux sont installés sur le parcours depuis septembre 2016.

fixation sur panneau à l'entreprisie A+B de Cambes

mise en place des films sur les panneaux ( entreprise A+B de Cambes)

pupitre au bord des étangs

pupitre au bord des étangs

Inauguration prévue en octobre.

Le Parc naturel régional des causses du Quercy a proposé à la commune de Cambes et aux associations de réaliser ce parcours d’interprétation sur le site de Puy-blanc.sentier_interpretation_PuyBlanc_modif 2015 copie

La tuilerie et la découverte du site naturel de la zone humide constituée par les anciennes carrières en sont les lignes directrices. Ce sentier baptisé « sentier des argiles » sera bordé par 6 pupitres présentant  la flore, la faune, les carrières…et trois tables d’observation, l’une pour la lecture du paysage et la seconde pour la reconnaissance des oiseaux et mammifères  habitués du site et une troisième présentant l’ancienne tuilerie..
Le financement approximatif de cette installation sera porté par le conseil départemental (16%) le conseil régional (20%) , l’agence de l’eau (35%) , la commune (10%),  et le reste en auto financement ou éventuellement par  le grand Figeac ?

Depuis deux ans, DCPB a participé activement à ce projet en  travaillant en particulier sur le tracé du sentier et sur le contenu des panneaux.

SAMSUNG

pose d’une barrière amovible au parking du sentier

SAMSUNG

barrière de sécurité aux étangs

support en attente d’une table d’information

Tout arrive à temps…

Depuis plusieurs années, dcPB est intervenu auprès des élus et des pouvoirs publics sur certains points qui sont à présent en toute ou partie réglés.

La protection autour des poubelles du lotissement du mas del Sol et à proximité de l’école est à présent installé.

La limitation à 50 km/h dans la traversée de Puy-blanc est effective depuis le début de l’année. Il a fallu pour cela placer des panneaux d’agglomération aux entrées du carrefour.

Après notre intervention auprès du vice-président du grand Figeac, la limitation de l’éclairage nocturne de certaines entreprises de Quercypôle.est effectif. Les lampadaires éclairant les voies d’accès relèvent eux du grand. Figeac et leur éclairage nocturne reste inutile et couteux, action à poursuivre…

La commune de Cambes vient de se doter de deux horloges réglables dans le but de réduire l’éclairage nocturne dans le bourg.Cambes sera la dixième commune qui  participera le dimanche 28 août à la signature collective de la Charte communale « Protection du ciel nocturne »

 

Expo patrimoine à Balène

20160503_110103_compressed

L’expo « qualité de la vie » à Figeac, abordait cette année les différentes facettes du patrimoine lotois: artisanal, industriel, céleste, technologique,  etc..

Invité à exposer des documents sur l’ancienne tuilerie, dcPB présentait quelques pièces produites à la tuilerie de Puy-blanc complétées par trois panneaux sur la fabrication des tuiles.

Sortie nature pour les élèves de l’I.T.E.P. de Figeac

Ils avaient déjà pris leurs marques en Automne, lors d’une première découverte du site de Puy-blanc. Une dizaine d’élèves et leurs éducateurs, arrivés à vélo sur le site, participaient tout un après-midi, aux ateliers proposés

SAMSUNG

moulage d’empreinte de chevreuil

par dcPB: moulages d’empreintes, modelage de l’argile brute et observation des batraciens.

SAMSUNG

observation de la mare

Puy-blanc terrain d’étude pour des étudiants de l’université de Rennes

En janvier une vingtaine d’étudiants en master 2 « écologie et gestion des territoires » étaient accueillis par l’association pour une journée de visite sur la zone humide de puy-blanc. L’après-midi se poursuivait par une séance de travaux pratiques avec l’entretien des vasques destinées à la reproduction du crapaud sonneur.

P1010827_compressed

P1010813_compressed

Quand la nature fait sa musique…

Dans le cadre de La Prima, organisée par le PNR et la Granga, dcPB accueillait Erwan LHERMENIER et Jean-Yves BARDOUL (Bretagne) pour une découverte des instruments de musique issus de la nature.

Jean Yves Bardoul

une animation qui a captivé petits et grands

Tiges de pissenlit, feuilles de lilas et de lierre,  cardère, joncs, glands autant de solutions gratuites que nous offre l’environnement naturel pour créer sons, musique et concert Erwan Lhermenieren écho aux chants des oiseaux présents sur le site.

Ce fut ensuite l’ installation étrange de plusieurs bassines de cuivre remplies d’eau, sur le chemin entre les deux étangs, associées à plusieurs brins de joncs accrochés sur le bord.

Les caresses successives des mains sur les tiges de jonc générait une harmonieuse vibration sonore dont les ondes prenaient formes à la surface du liquide.

musique buiss 01

Tous ces musiciens « nature » qui avaient animé la semaine, en divers points du Lot  donnaient un fabuleux concert à Théminettes, avec une batterie d’instruments bidouillés d’après des plantes ou des objets de récupération.

Flûte de pan

Fin des fouilles archéologiques

Débutées en juin, les fouilles archéologiques en cours sur le futur axe de la déviation de Cambes sont terminées. Ce chantier sous la maîtrise d’œuvre du service archéo du département aura rassemblé une équipe d’une vingtaine de personnes durant 6 mois dans des conditions parfois difficiles ou la canicule du début d’été aura laissé place en fin de campagne à un temps humide propice à transformer l’aire de fouille en un véritable bourbier. .

des fouilles qui  s’étendaient sur plus de 2 hectares

La particularité de ces fouilles préventives consiste en un site particulièrement bouleversé au cours de 2 millénaires par des coulées de boue, et des mouvements de terrain rendant la lecture de ce lieu particulièrement compliquée. il aura fallu la présence d’une géomorphologue sur les lieux pour apporter des explications sur les diverses périodes de remodelage du relief.

Divisé en 5 zones, depuis le nouveau pont de Peret jusqu’à la route 802 dans sa montée à Cambes, ces fouilles se sont déroulées sur 6 mois

Dans la partie nord, une voie romaine de 4m. de large a été mise

à jour, elle quitte ensuite le trajet de la futur déviation pour obliquer vers l’est.

les fouilles importantes en direction de la route de Figeac  ont laissé apparaitre différents niveaux de sols, vraisemblablement un chemin conduisant à une cour attenante à des bâtiments avec différents niveaux d’occupation. (du début de notre ère à 350 )

Ce site, rassemblait vraisemblablement des dépendances modestes d’une résidence plus importante,il  a été particulièrement perturbé au cours des différentes occupation par des effondrements et coulées de boue. Ces colluvions ont rendus l’explication de cette occupation particulièrement compliquée. Une géomorphologue est venue aider l’équipe qui a du réadapter au jour le jour sa stratégie de fouilles.

Le mobilier trouvé comporte: des meules, des outils agricoles, des déchets de production de bronze (un atelier devait exister à proximité), des morceaux de céramiques, du verre, de petits objets en os.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

au premier plan des morceaux de tuiles romaines

Quelques  petits foyers ont été identifiés également mais aucun batellerie artisanal.

Tous ces vestiges ont été acheminés à Cahors pour être étudiés. Dans quelques mois un rapport détaillé de ces fouilles sera publié.

Dans les dernières semaines de prospection et en raison d’un terrassement relativement profond pour atteindre les couches significatives, un danger réel est apparu. Le sol menaçait, à nouveau, de glisser sur le chantier, comme semble t il, ce fut le cas depuis 2000 ans et comme nous le montre chaque année l’affaissement régulier de la côte de Cambes

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

un chantier qui devenait de plus en plus dangereux en raison de la menace de glissement de terrain