Sous les étoiles……. la biodiversité respectée

Préserver la biodiversité de notre territoire, c’est aussi empêche,r lorsque c’est possible, les nuisances lumineuses qui perturbent la vie d’une multitude d’espèces nocturnes, mais aussi l’ horloge biologique interne des êtres humains et accessoirement les finances locales. L’éclairage nocturne représente en effet 30 à 40 % du  budget éclairage d’une commune!sous l'éclairage inutile du Grand Figeac

Inutile, polluante et coûteuse, cette coutume doit être impérativement réduite.

La commune de Cambes s’est engagé dans cette voie avec l’acquisition de deux horloges programmables permettant d’éteindre le centre bourg et le lotissement à partir d’1h du matin jusqu’à 6h. De nombreuses communes ont déjà pris cette décision et ont même augmenté la plage d’extinction des feux.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

seules les rampes de lampadaires publics étaient restées obstinément allumées

Pour ce « jour de la nuit » organisé par dcPB le 8 octobre, les entreprises de Quercypôle, à quelques raisons techniques près, avaient j

oué le jeu. Seul le grand Figeac méritait un carton rouge avec ses rampes d’une cinquantaine de lampadaires éclairant inutilement les axes desservant le parc d’activités.

 

Interpelé depuis deux ans par dcPB sur ce thème de la pollution lumineuse, mais aussi par la commune de Cambes, le G.Figeac vient tout récemment d’installer des horloges programmables . En accord avec les entreprises de Quercypôle, la voirie est à présent éteinte de 22h. à 6h. du matin. Belle initiative de nos élus et aussi parfaite  réussite de conscientisation de la part de notre association..

 

Cette balade nocturne, une première dans le secteur, rassemblait une vingtaine de personnes sous un ciel parfaitement dégagé et propre à de belles observations avec au loin la pollution lumineuse de la zone de l’Aiguille.(le G.Figeac a encore des efforts à faire dans ce secteur…)

 

Présentation à Cambes du projet de centrales solaires villageoises

présentation du projet Céléwatt à la salle des fêtes de Cambes

Créée à Brengues, l’association CéléWatt  a pour projet installation d’une centrale solaire citoyenne et villageoise :

index

A mi-chemin entre une installation individuelle et une grande centrale au sol, un « parc solaire citoyen » permet de produire de l’énergie à l’échelle d’une communauté locale :

  • Il naît d’un projet collectif : des habitants mettent en commun leur épargne pour créer une coopérative  et gérer ensemble un investissement raisonnable (300 000 €).
  • Il occupe un espace restreint (moins d’un hectare) et valorise un espace sans concurrencer d’autres activités, agricole par exemple.
  • Sa puissance limitée (250 kWc) facilite les démarches administratives (simple autorisation de travaux) et permet de faire travailler des artisans locaux.
  • Il participe à l’effort international pour augmenter la part des énergies renouvelables. Il contribue, avec la sobriété et l’efficacité énergétique, à contenir le dérèglement climatique.

En s’inspirant de plusieurs expériences, notamment dans le Gard et l’Aude, CéléWatt propose de créer progressivement une grappe de parcs solaires le long de la vallée du Célé et sur les Causses du Quercy environnants.

 

Le bilan fin 2017 : un objectif réussi

On atteint le maximum de 100 000 € de cofinancement régional au titre du 1 € pour 1 € !

Pari réussi donc sur nos trois objectifs en 6 mois :
– 250 sociétaires, on en est à 293 ce soir;
– 165 000 € en parts sociales, on est à 169 700 €;
– 80 000 € d’abondement Région prévu pour le premier parc, on a atteint les 100 00 €.