Déviation de Cambes : une longue histoire

SAMSUNG
chantier de la déviation de Cambes

plan-du-projet

Il se sera écoulé une vingtaine d’années entre la première étude technique du projet de déviation de Cambes et sa réalisation finale revue récemment à la baisse chaque année. Opposition de riverains, longue procédure juridique, étude d’impact sur les zones humides et fouilles archéologiques autant de péripéties qui auront émaillé l’histoire de ce chantier qui se complète par une surprise qui n’en est pas une : Oui, à cet endroit le sol s’affaisse et on le sait depuis des lustres…

Depuis 1997 ce projet aura donc subit plusieurs péripéties.

Contribution de dcPB à l’enquête d’utilité publique

  • Ce fut d’abord la contre proposition d’un tracé ouest par une association de Lissac opposée au tracé choisi.En 1998 une concertation menée par le département optait pour le tracé initialement prévu et la déclaration d’Utilité publique était prise par le préfet en janvier 2001.
  • A la demande d’un plaignant de Mouret, cette déclaration préfectorale de DUP était annulée par la cour d’appel de Bordeaux en novembre 2006.
  • Un nouvelle enquête d’Utilité publique était diligentée en 2011 prévoyant une mise en circulation en 2015. Un an après les responsables départementaux annonçaient plutôt une ouverture au trafic en 2016.
  • L’impact sur la faune et la flore, imposa par ailleurs un avenant à l’enquête entraînant un retard de quelques mois, avec une protection « batraciens » tout au long du futur chantier,  puis ce furent les fouilles archéologiques durant 6 mois.

En avril 2014 on nous annonce finalement la fin du chantier pour 2017 et en juillet 2014 la première pierre est posée à Péret.

  • Dans le même temps des fouilles archéologiques s’installent pour 6 mois. Ces fouilles, au delà de leur intérêt archéologiques révéleront la complexité du sous-sol avec le glissement régulier de couches d’argiles durant le passé ancien. En fin de fouilles, l’accès aux camions chargés du transport de terre fut stoppé tant la voie menaçait de dévaler en contrebas.
  • Puis vint la fausse vraie découverte : en raison des difficultés hydrogéologiques rencontrées, le projet sera revu à la baisse, c’est à dire plus de couloir de dépassement dans la montée et le chantier prendra encore un retard d’un an !

Ainsi le conseiller départemental chargé des routes se montre étonné d’une telle complexité de ce chantier. (article la dépêche du 10 sept 2016)

Il est bon de rappeler que le département avait sciemment choisi ce faisceau de la déviation de Cambes sans ignorer les contraintes décrites dans le document d’enquête.

Selon le bureau d’étude Egis Aménagement (extrait du document d’enquête D.U.P.):

Sur le plan de la topographie et de la géologie la contrainte est qualifiée de « forte »« en raison de :La présence de calcaires bioclastique roux avec alternance de bancs marneux et d’argiles schisteux recouverts de dépôts calcaires (plus au sud) peut induire des contraintes géotechniques. De plus, on note la présence de circulations aquifères en sous-sol et de sources reconnues sous l’assiette du projet.

Sur le plan de l’hydrogéologie il existe également une contrainte « forte » en raison de la sensibilité des sols à l’eau sur la majeur partie de la zone d’étude fait que ces derniers poseront des problèmes en période humide. Les terrassements devront être réalisés en période favorable. Sur la zone, plusieurs sources à usage agricole ont été repérées. D’autres arrivées d’eau pourront être mises en évidence au moment des travaux et devront également être captées et redirigées.

Compte tenu de ces précisions et dans le cadre du premier faisceau retenu, le département devait affiner son choix sur deux tracés plus précis (un bleu et un rouge)variante-bleu-et-rouge

 

Le rouge situé plus en fond de vallée, posait des problèmes paysagers et d’impact sur le milieu naturel mais pas de problèmes de stabilité de terrain.Après une anlayse multicritèresc’est le tracé bleu qui fût choisi. Dans les points négatifs il était mentionné : «  ce tracé nécessite des mesures spécifiques pour stabiliser les remblais dans une zone de glissement de terrain (secteur de Nazarieu) »

Depuis toujours les habitués de la côte de Cambes savent que cette route s’affaisse régulièrement en raison d’un sous-sol instable et gorgé d’eau.

L’an dernier, les fouilles archéologiques ont fait la démonstration que ce phénomène existe depuis 1000 ans.,,

Ainsi ce qui peut sembler une surprise n’est en fait qu’un brutal retour à une réalité dont les bureaux d’étude et les décideurs n’ont pas pris toute la mesure.

La déviation de Cambes était finalement mise en service en fin d’été 2018.

Association « Du Côté de Puy-Blanc »

L'association « Du côté de Puy-blanc » (DCPB) a été créée en juillet 1995 pour rassembler les riverains et tous les défenseurs du site de Puy-blanc, contre la menace de l'installation sur ce site d'un Centre de dépôt des déchets ultimes…